Aller au contenu

Maison Julien Gracq

Au gré du courant

Israel Ariño

“Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !”
Lettrines, Julien Gracq

En hiver 2019, j’ai parcouru l’Evre, un affluent de la Loire en pays vendéen, sur les traces des « Eaux Étroites » de Julien Gracq, la dérive poétique d’un homme de 71 ans révisitant des images surgies de l’enfance. Reprenant l’idée d’un voyage initiatique, j’ai proposé une réflexion sur les fragments du roman et mes propres émotions.

Ainsi, la série Au gré du courant est une exploration au fil de l’Evre, portée par un même sentiment poétique et géographique du monde sensible, où se dévoilent les moments d’exception qui emmènent le lecteur dans ce monde illusoire et symbolique. C’est à travers l’intérêt de Gracq pour les représentations d’espaces agissant comme véhicule pour l’imagination que la série aborde l’idée du voyage.

Les images de cette promenade naviguent sur des thèmes du passage entre le rêve et la vie, le sentiment d’appel du paysage, le voyage sans idée de retour ou le silence flottant sur l’eau. La série conduit le lecteur à une lenteur particulière, au retour en arrière, à la flânerie, à la contemplation des détails d’une géographie. Il s’agit finalement de considérer le paysage comme un objet de perception exprimant autant des expériences que des émotions présentes et passés.

Son site : https://israelarino.com

Dernière modification le 27 mai 2022