Aller au contenu

Maison Julien Gracq

Saleh Diab

Résidence C.L.A.S · mars & avril 2022

« La quarantaine
quelqu’un s’en va
j’attends un peu
puis je ferme la porte »

L’écrivain

Saleh Diab est né en Syrie, à Saint-Siméon le Stylite, près d’Alep. Il vit en France depuis 2000. Il a vécu à Beyrouth où il a travaillé comme journaliste et critique littéraire. Poète, journaliste littéraire, Docteur en lettres, spécialiste de la poésie arabe contemporaine, il est l’auteur de deux études sur la poésie écrite par les femmes : Récipient de douleur, 2007 ; Le désert voilé, 2009 et d’une thèse de doctorat intitulée Poésie arabe contemporaine – le poème en prose, soutenue à l’Université de Paris-VIII en 2012. Il a travaillé en tant que chargé du monde arabe, animateur de rencontres poétiques, au Festival Voix de la Méditerranée à Lodève, de 2002 à 2010 puis de 2010 à 2015 au Festival Voix vives de Méditerranée en Méditerranée, à Sète. Il a constitué un fonds de données de poètes du monde arabe, de l’Iran et d’Israël dont le festival continue de bénéficier jusqu’à présent. Parmi les poètes arabes qu’il a sélectionnés pour le Festival, dix ont été publiés chez Al Manar. Il a également traduit en français une dizaine de poètes pour le festival tout au long de ces années.

Sa dernière parution

Poésie syrienne contemporaine, 2018, éd. La Castor Astral

Extrait

Ma voix

La menthe s’est fanée dans ma voix
je pensais tant aux miroirs
qui fleuriront aux jours de la fraternité

dans ma main
le poids des erreurs pèse
et je n’ai pas su que le jardin
était indifférent à l’oiseau"

J’ai vivisté ma vie,

Editions Le Taillis pré, 2013

Dernière modification le 7 janvier 2022