Sébastien Ménard

Sébastien Ménard écrit des livres sur la route, et prend des photos. C’est le site Diafragm qui lui sert de carnet commun. Il est un témoin du passage. Ces lieux fixes comme une plaine, comme une ferme au bord de la plaine, quelque chose les transforme en un passage, on est soudain dans un train, le nom d’un lieu s’efface progressivement des répétitions et un autre prend le relai, on a simplement cligné des yeux.

S’il vit en bords de Loire ces derniers temps, il a beaucoup voyagé et a beaucoup pédalé.

« Mes dernières recherches ont vu naître ce désir d’un récit des villes. De leur propre perte. Et d’échappées humaines. Ce que parcourir une ville européenne à pied ou à vélo met en évidence, c’est la violence de l’asphalte et du béton, le cri du pétrole, la poussière, l’usure, le broyat de l’humain et surtout, la fatigue d’un monde »

Ce qui n’empêche pas la lumière dans l’écriture, et un optimisme increvable.

En résidence :

  • Du 2 au 29 octobre
  • Du 13 novembre au 10 décembre

Dernières parutions :

  • Temps O, éditions La Marge, 2017
  • Notre désir de tendresse est infini, publie.net, 2017
  • Notre Est lointain, publie.net, 2015
  • Soleil gasoil , publie.net, 2015

En ligne : diafragm.net

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Coup de projecteur

Respirations

Du 31 août au 10 novembre Patricia Cartereau expose ses oeuvres à la Maison Julien Gracq.

Danièle Sallenave au pays natal

Mercredi 26 septembre à 18 h, entrée libre L’académicienne Danièle Sallenave est revenue en Anjou dans son dernier (...)

Les rendez-vous futurs

En septembre, une belle série de rendez-vous à la Maison Julien Gracq : rencontre avec les résidentes, Journées du (...)

SE TENIR AU COURANT

S'inscrire à notre infolettre

Suivre notre page Facebook