Aller au contenu

Maison Julien Gracq

Aliona Gloukhova

Résidence C.L.A.S · mars & avril 2021

« Je dois juste bouger les mots, écrit Ana dans son journal intime le 18 janvier, et je comprends que les mots pour elle gagnent en matérialité, deviennent lourds. » de l’autre coté de la peau, Editions Verticales, 2020

L’écrivaine

Née à Minsk (Biélorussie) en 198, elle a travaillé comme traductrice, journaliste, enseignante et organisatrice culturelle avant de se lancer dans l’écriture. Elle décide d’écrire en langue française et se la réapproprie ce qui donne une langue qu’elle décrit elle-même comme « hésitante », « tordu et incorrect ».

Sa dernière parution

De l’autre côté de la peau, 2020, éd. Verticales

En ligne

https://www.alionagloukhova.com/bio

Extrait

« Je ne sais pas si Istanbul garde toujours les traces de ce qui s’est passé, je ne sais pas si je peux apprendre d’autres choses sur mon père. Ou peut-être le sais-je, mais je fais comme si je pouvais encore faire durer son histoire, je me mets à sa place et je suis toutes les pistes, même les fausses. »
dans l’eau je suis chez moi,

Editions Verticales, 2019

Dernière modification le 27 janvier 2021