Aller au contenu

Maison Julien Gracq

Julien Gracq et les maisons d’écrivains

Entretien entre Julien Gracq et Jean-Paul Dekiss

Julien Gracq :

Je suis un peu désenchanté toujours – dans le peu d’expérience que j’en ai – par ces visites de maisons d’écrivains. Une espèce de contamination muséale se répand partout, c’est le musée qui prend possession de la vie privée, après la mort. C’est désolant quelquefois de voir la pièce à vivre, par exemple, avec ses meubles, ses tapis… et puis le petit cordon rouge qui empêche de passer… la vie est partie, impossible de la faire revenir. J’avoue que je n’ai pas la superstition de ces lieux jadis habités. Chaque fois que j’en ai vu, j’ai été déçu, je n’en ai pas visité beaucoup, d’ailleurs, parce que cela ne m’inspire guère… (…) Mais en général, on a envie de dire, après de telles visites, ce que disait Giraudoux à l’enterrement de je ne sais plus quel écrivain : « Allons-nous-en, il n’est pas venu ». (...)

Jean-Paul Dekiss :

La maison où un écrivain a vécu devrait apporter autre chose à quelqu’un qui vient la visiter, qui est poussé par une certaine ferveur, ou par la curiosité. Certes elle présente des objets, des images qui parlent de l’écrivain, mais c’est, ou ce devrait être, pour reconduire vers la lecture, vers l’imaginaire littéraire...

Julien Gracq :

Ce serait intéressant, mais je ne sais pas... cela ne s’est jamais produit... Une maison d’écrivain n’est guère conviviale...

Entretiens, éditions José Corti, 2002


Le grenier à sel devant la maison de Julien Gracq qui accueillera bientôt le public

JULIEN GRACQ

Julien Gracq est né le 27 juillet 1910 à St Florent-le-Vieil sur les bords de la Loire, entre Nantes et Angers, commune dans laquelle il se retirera, très éloigné des cercles littéraires et des parades mondaines, jusqu’à sa mort – le 22 décembre 2007.

Ecrivain, géographe et enseignant, il marque profondément la littérature du XXe siècle. L’univers de ses livres est fait de rêve, de paysages urbains ou campagnards, d’émerveillement, de parcours et de secret, de tension vers l’avenir. Sa prose est précise, en phrases qui creusent les sensations et tissent le lien entre les personnages et le lieu.

Toute son oeuvre est publiée aux Editions José Corti.
Les oeuvres complètes ont été publiées dans la Bibliothèque de la Pléïade en 1989 pour le Tome 1 et en 1995 pour le Tome 2 sous la direction de Bernhild Boïe.
Une biographie et la bibliographie disponibles sur le site José Corti.

Le site internet des Éditions José Corti : http://www.jose-corti.fr/

Dernière modification le 16 octobre 2019