Dimitri TOKAREV


Lauréat en 2015-2016 d’une place de chercheur à l’Institut d’Etudes Avancées à Nantes, il a établi des relations de travail avec la Maison Julien Gracq et son comité littéraire et artistique. Parfaitement francophone, il est invité a séjourner à Saint Florent le Vieil en juillet 2017 afin de continuer son travail et d’encourager les relations culturelles et littéraires entre la France et la Russie.


Dimitri TOKAREV est diplômé de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg où il obtient en 1991 son diplôme d’enseignant de langue et de littérature russes. En 1998, après cinq années d’études à l’Université d’Aix-Marseille I, il soutient une thèse intitulée « Le phénomène de la littérature de l’absurde en France et en Russie au XXe siècle : Samuel BECKETT et Daniil HARMS ».
Depuis 1996, il travaille au Département de littérature comparée de l’Institut de littérature russe (Maison Pouchkine) de l’Académie des Sciences de Russie où il est nommé directeur de recherche en 2007. En 2006, il y soutient une thèse d’Etat cansacrée à la poétique de Daniil HARMS. Dimitri TOKAREV a été maître de conférences et professeur au sein de plusieurs établissements d’enseignement supérieur, y compris l’Université de Saint-Pétersbourg. En 2011-2012, il était lauréat du programme « Research in Paris » de la Mairie de Paris (ENS –CNRS, transferts culturels). Ses centres d’intérêts scientifiques portent sur la théorie littéraire, l’histoire de l’art, les études visuelles, l’histoire, l’histoire sociale, la philosophie et l’esthétique.
Il s’intéresse surtout aux relations culturelles et littéraires entre la France et la Russie aux XIXe et XXe siècles, ainsi qu’à des recherches pluridisciplinaires menées à la frontière entre la littérature et l’histoire, la littérature et la philosophie, la littérature et les arts visuels.

2015. « Les illuminations d’un Rimbaud russe : Boris Poplavsky et son “Journal d’Apollon Bézobrazov” », Revue de littérature comparée, no 1, pp. 29-49.

2015. « La visite de Pierre Drieu la Rochelle à Moscou en 1935 : enjeux politiques, problèmes de traduction », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 115, no 3.

2013. (ed.) « L’exprimable inexprimable » : l’ekphrasis et les problèmes de représentation du visuel dans un texte littéraire, Moscou, Nouvelle revue littéraire.

2011. « Entre l’Inde et Hegel » : l’oeuvre de Boris Poplavsky dans une perspective comparative, Moscou, Nouvelle revue littéraire.

2002. Cap au pire : L’absurde comme catégorie du texte chez Samuel Beckett et Daniil Harms, Moscou, Nouvelle revue littéraire.

octobre 2018 :

Rien pour ce mois

septembre 2018 | novembre 2018

Coup de projecteur

Résider

L’appel à candidature pour résider à la Maison Julien Gracq en 2019 / 2020 est ouvert jusqu’au 15 avril (...)

En 2019, les Préférences

Après dix années d’existences, les Rencontres Gracq muent en un festival de littérature et géographie, Les (...)

Respirations

Du 31 août au 10 novembre Patricia Cartereau expose ses oeuvres à la Maison Julien Gracq.

Visiter la Maison cet automne

À partir du mois de septembre 2018, des visites guidées de la Maison Julien Gracq sont possibles mercredi, et samedi (...)

SE TENIR AU COURANT

S'inscrire à notre infolettre

Suivre notre page Facebook