Dans les ruines de la carte

Après Icecolor, aux éditions le Réalgar, et La ligne des glaces aux éditions Payot & Rivages , Emmanuel Ruben publie son nouveau livre Dans les ruines de la carte aux éditions Le Vampire Actif. Cet essai qu’il a pu rédiger lors de sa résidence à la Maison Julien Gracq traite de la relation qui existe entre la peinture, la littérature et la géographie de l’âge classique à l’ère numérique.
La chambre des cartes de la Maison Julien Gracq a ouvert ses portes en octobre 2015, ce fut l’occasion pour Emmanuel Ruben de présenter son livre et l’écoute attentive et réjouie du public promet le meilleur pour la vie de ce livre.

En parallèle, Emmanuel Ruben publie Jérusalem terrestre aux éditions Inculte.

Résumé :

Entre la carte et le territoire, entre le réel et sa perception, il y a toujours un autre monde probable, un potentiel utopique, un réservoir d’imaginaire ; si le peintre ou l’écrivain a tenté la représentation à l’échelle 1/1 de notre monde que les siècles se sont efforcés d’abîmer, c’est au lecteur ou au spectateur qu’il appartient d’en explorer les ruines, d’en retrouver les contours, c’est lui et lui seul qui peut réécrire ou redessiner l’archipel des possibles.
Invitation à explorer l’oeuvre de nombreux peintres et écrivains, de Vermeer à Kirkeby, de Stendhal à Julien Gracq et W. G. Sebald, Dans les ruines de la carte propose une réflexion audacieuse sur les liens entre peinture, littérature et géographie de l’âge classique à l’ère du numérique.

La maison d’édition :

Le Vampire Actif
Le Vampire Actif est une maison d’édition associative, à compte d’éditeur, née en 2007 de la rencontre de passionnés de littérature et fervents défenseurs du livre dans ce qu’il a de plus noble.
Le Vampire Actif a la volonté de porter des écritures exigeantes sans qu’elles soient pour autant élitistes ; des écritures décalées, impertinentes, voire frondeuses, qu’elles soient contemporaines ou anciennes ; des écritures qui prennent le parti de faire éclater le carcan des genres ; des écritures qui osent dérouler des thématiques en les abordant sous un angle neuf ; des écritures qui mettent en perspective l’acte de création littéraire et l’acte de lire, des écritures qui se prennent pour objet de réflexion.
En somme, des écritures qui entreprennent des expériences dès lors que ces dernières ne constituent pas une seule fin en soi. Des écritures capables, enfin, de considérer le lecteur autrement que comme un pôle de réception passif.

En savoir plus sur Emmanuel Ruben.

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Coup de projecteur

Respirations

Du 31 août au 10 novembre Patricia Cartereau expose ses oeuvres à la Maison Julien Gracq.

Danièle Sallenave au pays natal

Mercredi 26 septembre à 18 h, entrée libre L’académicienne Danièle Sallenave est revenue en Anjou dans son dernier (...)

Les rendez-vous futurs

En septembre, une belle série de rendez-vous à la Maison Julien Gracq : rencontre avec les résidentes, Journées du (...)

SE TENIR AU COURANT

S'inscrire à notre infolettre

Suivre notre page Facebook