Dominique Sigaud

PNG - 434.7 ko

Ecrivain, journaliste, grand reporter, Dominique Sigaud est reçue à la Maison Julien Gracq du 19 octobre au 20 décembre 2015.

"Julien Gracq fait partie des filiations dans la langue par lesquelles je suis devenue écrivain. J’ai lu le Rivage des Syrtes vers trente ans, d’abord avec réticence ; je craignais un livre « vieux », passéiste. J’y ai trouvé ce que je cherchais alors (et encore) dans la littérature : « voilà de quoi la langue est capable ». (...). Comment ce qui fait la littérature est l’agencement singulier de la langue propre à un seul auteur. Comment cette singularité élargit le territoire de notre langue commune. (...) Mon projet est de tourner autour de ces notions. "

Rencontres, ateliers, lecture en musique, le programme est riche.

Née en 1959, deux enfants. Licence de lettres, maîtrise de droit international. Journaliste indépendante de 1984 à 1996 : Algérie, Liban, Soudan, Rwanda. Ecrivain.

"De mon travail comme reporter indépendant à celui d’écrivain, la maître mot n’a pas changé, trouver une langue capable d’évoquer le réel, tout en se rendant accessible à l’autre qui n’a pas arpenté le pays dont je parle ou participé à la longue élaboration du texte que j’écris. Cette conversation entamée avec l’autre est ce qui me permet parfois d’accéder à ces phrases nées sous mes doigts et qui pourtant me restent longtemps étrangères. C’est cet espace de langue non préconçu que je recherche (et savoure) en tant que lectrice mais aussi quand je dirige un atelier d’écriture. Voir émerger de la langue. Une marge vierge à l’intérieur de laquelle de la langue peut se produire et non pas des formes par avance conformes au déjà lu. Les ateliers d’écriture comme les rencontres publiques sont pour moi un accès supplémentaire à ces marges."

Bibliographie

- La fracture algérienne, Calmann-Lévy, 1991 (livre de reportage sur l’Algérie votant pour les Islamistes)

- L’hypothèse du désert, Gallimard, 1996, Prix Gironde du premier roman, prix Alain-Fournier, prix Emmanuel Roblès, prix Marguerite Yourcenar (roman autour de la première guerre du Golfe ; redonner à voir cette guerre annulée par les écrans)

- La vie, là-bas, comme le cours de l’oued, Gallimard, 1997 (récit de mon dernier reportage en Algérie à l’heure des assassinats de poètes, écrivains, syndicalistes)

- Blue Moon, Gallimard, 1998, Folio 2000 (roman né dans le couloir de la mort de Huntsville, Texas)

- La part belle, Gallimard, 1999, coll. Frontières (récit autobiographique des années de jeunesse)

- Les Innocents, Gallimard, 2000

- Lagos, la tropicale, ed. Garde-Temps, 2002 (récit de Lagos, capitale du Nigéria)
- De chape et de plomb, Gallimard, 2002 (roman policier)

- The Dark Side of the Moon, Actes Sud, 2004 (la torture, la disparition, la reconstruction)
- Aimé, Actes Sud, 2006 (récit autobiographique)

- L’Inconfort des ordures, Actes Sud, 2007 (roman policier)

- La corpulence du monde, Le Seuil, 2008 (récit d’une seule et même journée d’un officier britannique à Bagdad, d’un infanticide à Marseille, d’une femme écrivain)

- Conte d’exploitation, Actes Noir, 2011 (roman policier)

- Franz Stangl et moi, Stock 2011, J’ai lu 2013 (autour du commandant du camp d’extermination de Treblinka)

- Le piège des loups, les 175 maisons de la Gestapo en France, Stock 2012 (travail documentaire sur les 175 maisons occupés en France par la Gestapo allemande)

- Partir, Calcutta, Verdier, 2014

- Tendres rumeurs, éditions du sonneur, 2015

Le 19 Novembre, à partir de 19h, Dominique Sigaud, actuellement en résidence à la Maison Julien Gracq, sera à la librairie de Nantes, La vie devant soi.

Cette rencontre avec l’auteure pour son livre Tendres rumeurs qui vient de paraitre dans la nouvelle collection des éditions du Sonneur « Ce que la vie signifie pour moi » sera animée par Alain Girard (libraire et médiateur du livre).

Informations pratiques :
Rencontre avec Dominique Sigaud à 19h
La vie devant soi - Librairie à Nantes
76, rue Maréchal Joffre
44000 Nantes
Tel : 0249442855
Site de la librairie : ici
Autres événements de la librairie : ici

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Coup de projecteur

Respirations

Du 31 août au 10 novembre Patricia Cartereau expose ses oeuvres à la Maison Julien Gracq.

Danièle Sallenave au pays natal

Mercredi 26 septembre à 18 h, entrée libre L’académicienne Danièle Sallenave est revenue en Anjou dans son dernier (...)

Les rendez-vous futurs

En septembre, une belle série de rendez-vous à la Maison Julien Gracq : rencontre avec les résidentes, Journées du (...)

SE TENIR AU COURANT

S'inscrire à notre infolettre

Suivre notre page Facebook