Résidence de création : histoire

Inaugurée ou préfigurée par Périclès dans l’Antiquité, puis reprise, du moins en Europe, par la pratique troubadouresque de l’itinérance de château en château, placée de surcroît, le plus souvent, sous l’égide de l’amour et de la poésie, l’idée de résidence de création trouva son sommet d’excellence et de notoriété au XVIe siècle, à Florence - avec les Médicis - puis sur les bords de la Loire - avec François 1er ou encore dans la Prusse de Frédéric II. Et c’est ainsi que, depuis la Renaissance, avec des points culminants au XVIIIe siècle - avec Rousseau, Voltaire par exemple - et au XIXe ainsi qu’au début du XXe siècle - avec Rilke notamment-, la "villégiature", c’est-à-dire le séjour, de durée variable, d’écrivains chez les hôtes accueillants ou des mécènes constitue l’un des stimulants de la vie littéraire dans la vieille Europe.

Les Médicis et les princesses de Tour et Taxis ayant fini par disparaître à l’horizon du mécénat, ce sont désormais les institutions publiques qui assurent le plus souvent cette fonction d’accueil d’artistes et d’auteurs invités à venir inciter ou exciter leur imaginaire au contact de la nature, de la campagne ou de l’architecture urbaine !

Extrait du Guide des Résidences d’Ecrivains en Europe,
Maison du Livre et des Ecrivains de Montpellier- Presse du Languedoc 2003

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Coup de projecteur

Respirations

Du 31 août au 10 novembre Patricia Cartereau expose ses oeuvres à la Maison Julien Gracq.

Danièle Sallenave au pays natal

Mercredi 26 septembre à 18 h, entrée libre L’académicienne Danièle Sallenave est revenue en Anjou dans son dernier (...)

Les rendez-vous futurs

En septembre, une belle série de rendez-vous à la Maison Julien Gracq : rencontre avec les résidentes, Journées du (...)

SE TENIR AU COURANT

S'inscrire à notre infolettre

Suivre notre page Facebook